rechauffement_climatique_globe_nationalisme_pollution_solidarite_ouvriere

[Réchauffement climatique] Inquiétant record de température pour le 16ème mois que Sarkozy veut nier

Seizième mois consécutif de record de température à l’échelle du globe. Pourtant, face à l’urgence climatique, on entend des déclarations d’un aveuglement délirant. Les déclarations de Sarkozy et de Trump, entre autres, ne sont pas seulement de l’imbécillité, ni la recherche de voix dans les milieux climato-sceptiques. C’est avant tout l’expression des actionnaires des entreprises qui produisent le plus de gaz à effets de serre, qui préfèrent la catastrophe climatique à la baisse de leurs dividendes. C’est aussi l’expression du nationalisme climatique.

Les effets du réchauffement climatique se font sentir chaque mois un peu plus. Voici le 16e mois d’affilée que la planète « bat » un record de chaleur. Cela entraîne, un peu partout autour du globe,  des événements anormaux, canicules, inondations, chute des glaces, …
Pourtant, face à l’urgence climatique, on entend des déclarations d’un aveuglement délirant. S’il s’agissait de quelques conspirationnistes aux marges de la société, cela serait sans conséquences. Mais quand il s’agit des candidats les plus réactionnaires aux présidences françaises et américaines, Sarkozy et Trump, c’est beaucoup plus inquiétant.
Leurs déclarations ne sont pas seulement de l’imbécillité, ni la recherche de voix dans les milieux climato-sceptiques. C’est avant tout l’expression des actionnaires des entreprises qui produisent le plus de gaz à effets de serre. Les actionnaires qui préfèrent la catastrophe climatique à la baisse de leurs dividendes. C’est aussi l’expression du nationalisme climatique : de nombreux pays, et parmi eux les plus polluants, cherchent d’abord les multiples bonnes raisons de faire payer les autres plutôt que de se donner les moyens de réduire significativement ses propres émissions de gaz à effet de serre.
Il ne s’agit plus, depuis longtemps, d’un débat scientifique sur le réchauffement climatique, mais d’un déni de réalité pour des raisons financières.

Laisser un commentaire