Vidéo – Ouragan Matthew s’invite dans les débats présidentiels aux Etats-Unis et en France

“Vus de l’espace, la plupart des éléments sur terre paraissent paisibles. Pas celui-ci », écrit la revue VOX, le 5 octobre lors de la publication de la vidéo (ci-dessous) de l’ouragan Matthew vu de la station spatial international. La tempête de catégorie 4 se dirigeait alors vers Haiti et la République dominicaine accompagnée de rafales allant jusqu’à 230 km/h.  La Nasa parle de l’ouragan le plus violent dans les Caraibes depuis  50 ans. Il touche la côte est des Etats-Unis, aujourd’hui, en s’invitant dans les débats présidentiels, comme en France,  où la question de réchauffement climatique, quand elle n’est pas tout simplement niée, est  dominée par un nationalisme climatique.

 

Depuis,  Matthew a faibli, mais après avoir causé la mort de plus de 1000 personnes en Haïti (mis à jour le 8 oct. 2016) et  en laissant derrière lui des milliers d’habitations détruites en République Dominicaine, à Cuba et au Bahamas. En Haïti, désormais dévasté, plus d’un million de personnes sont touchées d’une manière ou de l’autre alors que le pays ne s’était pas encore relevé du dernier séisme. Se dirigeant vers la côte Est de Floride, plusieurs millions de personnes sont évacuées des villes américaines. D’autres se réfugient dans les centres d’accueil sur place ou essayent de renforcer leurs habitations. L’ouragan devait atteindre les cotes des USA ce matin et continuer sa route le long de la côte Est des USA dans les prochains jours. Pour rappel, l’ouragan Katrina de catégorie 3 a fait plus de 1800 victimes aux Etats-Unis en 2005.

A chaque fois, des centaines de victimes, des millions de personnes touchées, des énormes destructions. Et même pas assez de temps pour laisser une catastrophe derrière en voilà une autre qui arrive. Juste une fatalité ?

Ce type d’événements naturels existait depuis toujours et leur seule apparition ne peut être mise en lien avec le réchauffement climatique. Par contre, et la majorité des climatologues l’affirment malgré une certaine prudence, leur intensité ces 30 dernières années a évolué et a un lien direct avec la hausse de la température et du niveau des océans.  Les destructions et les morts touchent surtout les pays les plus pauvres et les plus vulnérables ne disposant pas de moyens pour y faire face.

Ce nouvel ouragan d’une intensité sans précédant s’invite donc dans les débats présidentiels, aux USA et en France. Les débats où la question de réchauffement climatique, quand elle n’est pas tout simplement niée, est  dominée par un nationalisme climatique pour un sujet qui lui est, et Matthew le rappelle, planétaire.

 

Laisser un commentaire