[Point de vue] Loi Peeters ou El Khomri… La nécessité d’une riposte ouvrière européenne

Depuis le mois de mars 2016, les salarié-es français-es luttent contre la loi El Khomri qui vise à enterrer définitivement le code du travail en revenant sur de nombreuses conquêtes sociales. La Belgique, non plus, n’est pas épargnée par les réformes voulues par la classe capitaliste et imposées aux salarié-es par le ministre de l’emploi, Peeters.

Mais à bien y réfléchir, c’est toute la classe ouvrière européenne qui est touchée par les attaques contre ses droits. Et chacun des gouvernements européens surenchérit à savoir qui satisferait le plus le patronat. Parfois même jusqu’à être condamné par la commission européenne à reprendre les cadeaux fiscaux accordés aux capitalistes comme l’Irlande qui devrait redemander les 13 milliards d’euros accordés à Apple.

Juste cet exemple montre bien que ce n’est certainement pas les politiques nationalistes de droite ou de gauche qui pourront protéger les salarié-es !

En France, de Mélenchon à Le Pen, c’est la compétition à qui gagnera l’élection présidentielle de 2017, clamant à qui veut bien l’entendre qu’il faudrait protéger les salarié-es français.es contre les « menaces étrangères ».

Clairement, alors qu’à chaque conflit social, à chaque grève, les syndicalistes et militants ouvriers se font insulter de preneur d’otage, la classe ouvrière européenne se voit, elle, constamment prise en otage par les politiciens dont le seul but est de gérer les affaires du capitalisme.

Face aux capitalistes et leurs valets, face aux lois El Khomri, Peeters ou autres, la classe ouvrière européenne doit s’unir dans la construction d’un grand parti des travailleurs européens. Ce n’est pas pour ne pas nous rappeler le fameux dicton de Marx et Engels : « Les prolétaires n’ont rien à y perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à y gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! »

 

Laisser un commentaire